«Je suis fier de mes origines et de l’héritage de mes grands-parents, mais je suis heureux d’être apostat et patriote français.»

@Joznne livre ici un témoignage de «musulman» qui a quitté la religion de l’islam et la communauté musulmane, mais qui reste (trop souvent) considéré comme l’un de ses membres par les occidentaux. En tant qu’apostat, il est réduit au silence, tant par les musulmans que par les gens d’ici. – AJM 


Je suis né dans une famille musulmane assez libérale: j’ai deux tantes mariées à des français catholiques et leurs enfants sont catholiques aussi; ma mère est athée. J’ai grandi en quelque sorte dans l’islam hérité de mes grands-parents, c’est-à-dire l’Islam d’avant l’arrivée de l’influence de l’Arabie saoudite et des djihadistes. Mes grand-parents étaient illettrés, très pieux mais toujours ouverts. Je me disais musulman car c’était la tradition. Mais j’ai grandi sans opinion sur ma foi, et à force d’être inscrit dans des écoles catholiques j’ai fini par mieux connaître le christianisme que l’islam. Jusqu’à 16-17 ans, je n’avais en fait aucun rapport réel avec l’islam, même si mon nom me rappelait sans cesse mes origines «islamiques».

Comme tout jeune gamin, j’ai cherché et fréquenté des musulmans dits «pieux» et cherché des réponses, mais j’ai très vite dû remarquer qu’on ne m’apportait guère que des interdits et des obligations. Je travaillais dans une association catholique et j’avais aussi échangé avec un prêtre – il ne m’a parlé que d’amour de son prochain. L’imam lui parle politique, Juifs, apostats, … Au contact de la communauté musulmane (hors de ma famille), j’ai vu des gens pour la plupart fermés. Et des contradictions sans nombre, des femmes en hijab qui jouent les pieuses tout en mettant des baskets US et en fumant la chicha.

Pour être accepté, pas question de faire la bise aux femmes, il faut traîner entre musulmans et sucer des bonbons halal… Mais dans la tête, les questions et les constats problématiques s’accumulent: comment a-t-on pu justifier des «lois barbares»? L’Islam des Lumières, réformateur n’est qu’une invention, jamais une réalité – aucune trace. Tous les pieux sont fermés à la critique et au questionnement. Comment un Dieu pourrait être aussi méchant? Pourquoi l’Islam serait-il l’aboutissement, le couronnement des religions abrahamiques? Comment un Prophète peut-il faire la guerre, chasser les juifs d’Arabie (rappelons qu’au début de l’Islam il y eut beaucoup d’emprunts au judaïsme), épouser une fillette, légiférer l’esclavage, condamner la musique et les arts! Je ne suis pas un théologien ou un grand homme de foi, mais il ne m’a pas fallu un énorme effort de réflexion pour toucher le fond du sujet.

J’ai décidé de quitter l’islam après l’assassinat du père Jacques Hamel en 2016, car la soi-disant communauté musulmane n’a pas défendu ce prêtre à 100% et officiellement. L’islam n’est tolérant avec les autres religions que si elles lui sont soumises! Et quand je vois des quartiers français devenir obscurantistes à cause de cette communauté, des valeurs qu’elles favorise, je m’insurge!

Aujourd’hui, je ne fréquente plus de musulmans, mais les occidentaux me renvoient sans cesse à l’Islam, comme si c’était mon élément inné, ma nature pour toujours. Et comme tout bon apostat bien sage, je ferme ma gueule, je ne me plains pas, pour éviter qu’on harcèle ma famille à propos de mes choix ou qu’on me juge. Être un apostat de l’Islam, même en France, dans un pays de tradition chrétienne, ce n’est pas possible, pas vivable.

Je suis fier de mes origines et de l’héritage de mes grands-parents, mais je suis heureux d’être apostat et patriote français.

3 réponses sur “«Je suis fier de mes origines et de l’héritage de mes grands-parents, mais je suis heureux d’être apostat et patriote français.»”

  1. J’ai vécu en gros la même histoire. J’ai échappé à cette broyeuse islamique qui plante ses crocs durant notre tendre enfance. J’ai toujours été peu sensible à cette sirène dont les textes étaient menaçants, ridicules, absurdes.
    Après les massacres en Algérie pendant la décennie noire, je ne voulais plus rien avoir à faire avec cette monstruosité que représente l’islam.
    Comme toi je suis plus imprégné de christianisme. Et bien qu’agnostique, la figure du Christ me plaît.

    1. Moi qui suit non croyant, j’aime bien néanmoins le philosophe jésus de Nazareth et son message. Un message d’amour et de paix.
      Peut importe après tout s’il est le fils de Dieu…
      En tout les cas, il est bien loin de ce bédouin guerrier et copulateur qui ordonnait s’assassinat de poètes juste parce qu’ils se moquaient de lui dans leur poèmes…
      Peace and love !

  2. Merci pour ton témoignage. Les apostats français sont souvent des patriotes convaincus, amoureux de la France, de ses traditions, de ses valeurs, et de son histoire et en acceptent aussi les défauts comme tous français.
    C’est le cas de l’écrivain Majid Oukacha. On sent bien qu’il a la France dans les tripes.

Laisser un commentaire (modéré)

WordPress spam bloqué par CleanTalk.